Logo

 

Rognons d'agneau
        à la moutarde
 

 

 

 

 

 

 

bistrot 60's - ja6

Un classique !

 

 

 

 

 

ja6 site search by freefind



Ingrédients pour 4 convives

  • 800 g de rognons d’agneau

  • 400 g de riz

  • 200 g de champignons de Paris

  • 20 g de beurre

  • 2 cuillères à soupe d’échalote - coupée

  • 2 cuillères à soupe de persil - haché

  • 3 cuillères à soupe de crème fraîche

  • 1 cuillère à soupe de moutarde de Dijon

  • Sel & Poivre

Indications de préparation

  • Fendre chaque rognon en 2 dans le sens de l’épaisseur, retirer les parties blanches puis les couper en dés.
    Les réserver.

  • Dans une poêle bien chaude, faire suer les champignons émincés 8 min en remuant.
    Les retirer.

  • Dans la même poêle, fondre le beurre, verser les échalotes et laisser revenir 2 min.
    Incorporer les rognons et laisser cuire 10 min en mélangeant.

  • Cuire le riz dans une grande quantité d’eau bouillante salée.
    L’égoutter et le maintenir au chaud.

  • Lorsque les rognons sont cuits, incorporer la crème fraîche, la moutarde et les champignons.
    Saler et poivrer et prolonger la cuisson 3 min en remuant.

  • Dans le plat de service chaud, disposer le riz en couronne, verser au centre les rognons et leur sauce.
    Décorer de persil haché.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Accès au site Original - ex - cuisine-collection.com , devenu :  ja6.free.fr

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La moutarde

Dès l’antiquité, le goût piquant et parfumé de la moutarde fut prisé. Le + souvent, les graines étaient concassées et mélangées à du moût de raisin pour donner du ''mustums ardens'' (moût à la saveur ardente), terme à l’origine du mot ''moutarde''.
Au Moyen Âge, en Europe, on en faisait une forte consommation, son prix étant peu élevé. Son usage était surtout réservé à l’accompagnement des venaisons et de la charcuterie. Au XIIIe siècle la ville de Dijon devient une référence pour son savoir-faire. La ''moutarde de Dijon'' était d’abord sèche, se présentant sous forme de tablettes à délayer dans du vinaigre. On trouvait également des moutardes de pâte, mélange de sénevé, cannelle, miel et vinaigre.
En 1390, la fabrication de la moutarde fut règlementée : elle devait être faite de "bonne graine et compétent vinaigre", sans autre "liant".
Louis XI aimait tellement la moutarde de Dijon qu’il avait découvert à la Cour des grands Ducs de Bourgogne, qu’il ne se déplaçait jamais sans un pot de ce précieux condiment.
Au XVe siècle, de petites fabriques s’implantent dans la région dijonnaise et inventent de nouvelles saveurs.
La corporation des vinaigriers-moutardiers naquit à la fin du XVIe siècle à Orléans.
Le XVIIIe siècle voit apparaître des moutardes aux câpres, aux anchois ou au champagne, tandis que naissent de plus grandes entreprises. Après avoir été commercialisée dans des tonneaux par des marchands ambulants, la moutarde est dorénavant vendue en pots.

Aujourd’hui, il existe une infinie variété de goûts: moutarde de Meaux au broyage grossier qui laisse apparaître les graines, moutarde à l’estragon, au miel, aux fines herbes, au vin, sucrée...
La moutarde est assez facile à préparer chez soi, il suffit d’écraser les graines de sénevé dans un mortier et de les mélanger avec du vinaigre et du sel. Le reste n'est que question de dosage...