Logo

 

 Tian de pêches provençal 

 

 

 

 

 

 

Un plat authentique mais surtout convivial, apte à figurer dans le "Repas gastronomique des Français", inscrit au Patrimoine immatériel de l'humanité en 2010.
Cette belle et bonne vieille "pratique sociale, coutumière, destinée à célébrer les moments les plus importants de la vie des individus et des groupes", dixit l'UNESCO - United Nations Educational, Scientific & Cultural Organization... Ouf!

 Abricots, nectarines, brugnons et prunes pourront être accommodés de même manière.

 

Le "tian", nom intraduisible du provençal, sauf à risquer le mot cuvette voire bassine... dans laquelle on lavait autrefois les légumes, rinçait la vaisselle dans la souillarde… :
 “Le tian est sur la pile” (évier en provençal: pilo).
Au fil des ans, le tian est devenu un grand plat de terre cuite souvent vernissée, large, peu profond et destiné à passer au four. Il fait usage de plat à gratin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ja6 site search by freefind



Ingrédients pour 6 convives

  • 6 pêches

  • 100 g de beurre

  • 50 cl de lait

  • 3 Œufs

  • 6 tranches de pain rassis - écroûté

  • 1 poignée de raisins secs

  • 1 verre de Cognac

  • 100 g de sucre

  • 2 cuillères à soupe de confiture d’abricots 

Indications de préparation

  • Mettre les raisins secs à macérer dans le cognac.

  • Dans une casserole, faire bouillir de l'eau, plonger les pêches quelques secondes afin de les peler + facilement.
    Les couper en 2 puis retirer le noyau.

pêche - ja6

  • Dans une sauteuse, faire rissoler dans le beurre les tranches de pain des 2 côtés.
    Les étaler côte à côte dans un plat à gratin ou “tian”.

  • Égoutter les raisins secs en récupérant le liquide de macération.
    Répartir sur les tranches de pain.
    Poser dessus les ½ pêches.

  • Dans un saladier, battre les 3 œufs avec le sucre, ajouter le lait petit à petit, puis le liquide de macération des raisins secs.
    Verser ce mélange sur les fruits.

  • Mettre au four.
    CUISSON à four chaud, Th 6 - 180°c, et laisser cuire de 30 à 35 min : la crème doit être prise.

  • Laisser tiédir, badigeonner chaque pêche de confiture d'abricots légèrement fondue et servir.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Antérieurement peuplé de Celtes appelés aussi Ligures ou Celto-Ligures, lfont>e littoral provençal fut colonisé par les Grecs vers ± 600 av. J.-C. Les Phocéens s'installèrent à Marseille (en grec, Massalia; en latin, Massilia), puis essaimèrent à Nice, Arles, Agde, puis au sud de Nîmes.
la Provence doit son nom à l'époque romaine qui la connaissait comme Provincia (une des nombreuses provinces romaines).
La Provence fit partie de la Gaule Transalpine, rebaptisée Gaule Narbonnaise au 1er siècle av. J.-C. Ancien comté, elle devient province royale française en 1481.
De fait, culturellement et touristiquement, la Provence s'étend jusqu'à l'est du Gard, au-delà du Rhône jusqu'à Nîmes, et jusqu'au sud de l'Ardèche et de la Drôme.
La cuisine provençale c'est du soleil dans l'assiette ! Un festival de saveurs, de parfums et de couleurs qui aiguisent appétit et bonne humeur. On retrouvera le charme des balades dans les collines de Provence : les odeurs de thym, de romarin, de basilic et même de lavande !
L'huile d'olive règne en maîtresse vénérée sur la cuisine provençale, elle accompagne avec bonheur les légumes:
poivrons, tomates, aubergines... ou les viandes et poissons.
Dans les collines, le sanglier est une pièce de choix. Au pays des chasseurs, la tradition du "cochon" porte au premier plan cette viande dans les menus. Mais le poisson qui se mange sur la côte n’est pas oublié dans les terres: sardines grillées, bourrides ou aïolis, l'on pourra en déguster sur les cours des villages de Provence lors de repas joyeux et animés.
Bien que la production de vin rouge s'améliore d'année en année, c'est pour sa production de rosé que la Provence est la plus renommée. Les 2/3 de sa production y sont consacrés.
Le vignoble provençal s'étend des environs de Nice, à l'est, jusqu'au delta du Rhône, et l'immense superficie de ce vignoble permet de rencontrer des terroirs, et donc des productions, très différenciées...

 

pêche - ja6

 

Accès au site Original - ex - cuisine-collection.com , devenu :  ja6.free.fr

 




 

 

 

 

 

 

 

  

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pêche


300 ans avant J.-C., le philosophe grec Théophraste connaissait la pêche et la nomma ainsi pensant qu’elle venait de Perse. Les premiers écrits hébreux n’y font pas allusion et elle n’a pas de nom sanskrit, aussi est-il probable que les pêchers n’atteignirent l’Europe que peu avant l’ère chrétienne.
Au Ier siècle, Dioscoride y faisait allusion, et Pline, qui connaissait plusieurs variétés de pêches, affirmait que les Romains ne les avaient importées de Perse que récemment. Il raconte comment la transplantation des pêchers envoyés d’ Égypte sur l’île de Rhodes échoua et comment les arbres furent ensuite expédiés en Italie.

En réalité, les pêches sont d’origine chinoise.
Les Chinois, la cultivent depuis des temps immémoriaux. Confucius les cite dans l’un de ses livres au Ier siècle av. J.-C., et on les retrouve sur des gravures jusqu’au Xe siècle av. J.-C. Les Chinois en possèdent encore une grande diversité et, lui prêtent le pouvoir d’apporter "mille printemps"...
Autrefois, on les propageait à partir de noyaux. Ceux-ci produisent facilement des arbres mais ne sont pas fiables, cette variabilité peut avoir fait obstacle à l’expansion des pêchers en Europe. Toutefois, il est probable que plantés d’abord dans des pays chauds, à trop basse altitude et privés de leur dormance hivernale, ils aient eu du mal à fructifier. Jusqu’à la Renaissance, les pêchers cultivés en France étaient en plein vent.
En 1695, Girardot initia la culture sur espaliers devant un mur blanc servant de réflecteur de chaleur.
La Quintinie, directeur des Jardins fruitiers et potagers du Roi, fit une grande place aux pêchers en espalier dans le Potager de Louis XIV. À cette époque on connaissait une quarantaine de variétés. Les pêchers furent ainsi cultivés en abondance en Île-de-France, comme à Montreuil où l’on construisit des kilomètres de murs, afin de les abriter les pêchers du froid.
Après l’avènement du chemin de fer, la capitale fut alimentée avec des fruits en provenance du Midi de la France, d’Espagne et d’Italie.
Les pêchers d’Île-de-France et leurs murs tombèrent alors en désuétude.

La pèche est restée associée à des desserts raffinés: pêche cardinal, pêche Condé ou encore pêche Melba...

 


Le Cognac
Brandy

Au XVIe siècle, les bateaux hollandais venaient chercher sur la côte charentaise du sel ainsi que du vin destiné à être distillé à leur retour.
Les négociants hollandais estimèrent logique de le faire distiller dans la région de production afin de gagner de la place sur leurs bateaux.

Ils introduisirent l’alambic en Charente où l’on commença à distiller de l’eau-de-vie vers 1530.
C’est là, l’origine de ce qui allait devenir, plus tard, le Cognac ...
Bien sur, Brandy vient du néerlandais brandewijn signifiant "vin brûlé"...