Logo


 Châtaignes grillées

           Cheminée

 

 

 

 

 

 

 

Châtaigne ou marron ?

Le célèbre marronnier de nos parcs et avenues ne produit rien de comestible.
La loi a examiné la question : Une variété de châtaigne est dite “marron” lorsqu'elle produit moins de 12 % de fruits cloisonnés. Le fruit non cloisonné accède à la dignité de marron et finit en général son existence confit et glacé, offert à la convoitise des patents, amis et relations dans une jolie boîte.
La châtaigne se contente de rester simple, “peuple”, et succulente quand même.

 

"J'appris aussi comment cuire les châtaignes de façon qu'elles ne se dessèchent pas ; elles se mangent avec du pain beurré trempé dans un bol de lait chaud ou avec une soupe." - Brigitte Tilleray - Le Goût du terroir.


     Il pourra être amusant aussi de servir ces châtaignes grillées à l'apéritif, accompagnées de pruneaux d'Agen enroulés dans une fine tranche de lard fumé que l'on aura fait dorer dans un poêle à peine huilée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Dans les verres, un vin rouge à servir très chaud, un Madiran. Chauffer 10 min, sans ébullition, dans une casserole le contenu d'un flacon avec les zestes d'1 citron et d'1/2  orange, 10 morceaux de sucre de canne blanc et 1 bâton de cannelle.
              Ou bien un blanc, un Monbazillac. Selon l'ambiance...









Ingrédients pour 6 convives

  • 1 kg de châtaignes

Indications de préparation

  • Préparation du feu.
    Obtenir de belles braises rouges que l'on activera en fin de cuisson pour redonner quelques flammes.
    Hauteur entre la poêle et les braises: 8 cm.
    Temps de cuisson totale: ± 15 min.

  • Sur le trépied, placer la poêle trouée à chauffer sur les braises.

  • Pendant ce  temps, inciser chaque châtaignes sur les 2 côtés.
    Lorsque la poêle est chaude, y jeter les châtaignes sans attiser le feu, sinon elles risquent de brûler...

  • Ne pas les abandonner à leur sort.
    Sans cesse, avec des mouvements du poignet, les faire virevolter et sauter dans la poêle.
    Lorsqu'elles commencent à se fendiller, attiser les braises pour obtenir un peu de flammes, pour mieux les griller, sans les brûler.
    Laisser 1 à 2 min. sur ce feu vif et servir.

  • Envelopper les châtaignes dans plusieurs feuilles de papier journal dès qu'elles sont cuites et les laisser suer pendant une dizaine de minutes.
    Elles seront plus faciles à éplucher.

  • Chacun se brûlant et se noircissant les doigts, épluchera ses propres châtaignes. Cela fait partie du jeu !..



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accès au site Original - ex - cuisine-collection.com , devenu :  ja6.free.fr

 




       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La châtaigne




Originaire des régions méditerranéennes, le châtaignier était recherché par les Romains comme source de nourriture et de bois. Ils entreprirent de l’acclimater dans les Cévennes, mais on a produit des châtaignes dans la plupart des pays du sud de l’Europe où elles représentaient un aliment important pour nourrir les paysans plusieurs mois par an.
Les premières réelles cultures de châtaigniers sont apparues en France au XIIIe siècle. C’est en s’inspirant des techniques de greffages du Proche Orient, que les ardéchois ont commencé à exploiter la culture de la châtaigne dans leurs forêts. Séchées “à la clède”, au-dessus d’un feu sans flammes, les châtaignes pouvaient se conserver toute l’année et palier ainsi aux carences alimentaires fréquentes à l’époque. Ce fait d’histoire vaut au châtaigner son surnom “d’arbre à pain”.
L’Espagne en a exporté en abondance. On dit que celles de Madère sont les plus grosses. Plus au nord de l’Europe. Le châtaignier s’il peut atteindre une taille impressionnante, ne fructifie bien qu’après les étés chauds, il est donc plutôt planté pour son bois.
Châtaignes et marrons, 2 noms pour le même fruit. "Châtaignes" désigne un fruit plus petit. Variété de châtaigne cultivée et améliorée — le châtaignier pousse à l’état sauvage — le marron est aisément reconnaissable : sa bogue hérissée d’épines, sans cloisonnement intérieur, ne renferme qu’1 seul lobe, bien régulier et toujours bombé, alors que la châtaigne sauvage en contient plusieurs, serrés les uns contre les autres et souvent aplatis sur une face, II demeure ainsi plus présentable après l’épluchage.
Éviter de confondre avec les fruits du marronnier — les marrons d’Inde — qui
jonchent le sol à l’automne, amers et non comestibles, pour tout dire très toxiques ...