Logo

 

 Boudin blanc aux noisettes 

 

 

 

 

 

 

au Quotidien... - ja6

Simplicité et créativité !

 

 

 

 

 

 

 

 

ja6 site search by freefind



Ingrédients pour 6 convives

  • 6 boudins blancs

  • 100 g de noisettes

  • 80 g de beurre

  • Sel & Poivre du moulin
    Purée de carottes

  • 1 kg de carottes

  • 20 cl de lait

  • 10 cl de crème fraîche

Indications de préparation

  • Éplucher et laver les carottes.
    Les couper par la moitié et les jeter dans une marmite d’eau bouillante avec 1 cuillère à soupe de gros sel.

  • Verser les noisettes dans une casserole d’eau froide sur feu moyen.
    Laisser cuire 30 min puis les égoutter.

white pudding - ja6

  • Fondre 50 g de beurre dans une sauteuse, placer les boudins blancs.
    Les retourner après 5 min de cuisson.
    Laisser encore 5 min puis les égoutter.

  • Les passer ensuite quelques instants, sous la rampe du gril, afin qu’ils soient bien dorés.

  • Pendant la cuisson des boudins, écraser les carottes au presse-purée.
    Les délayer ensuite avec le lait chaud puis incorporer la crème.
    Assaisonner cette purée de carottes.

  • Fondre le reste de beurre dans une poêle, verser les noisettes, secouer la poêle et retirer du feu lorsque les noisettes sont brillantes.

  • Servir les boudins blancs entourés de noisettes et présenter à part, la purée de carottes.
    Déguster chaud.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

L’Ardenne ou les Ardennes, une région naturelle située au sud de la Meuse et de la Sambre et limitée au sud par les plaines de Lorraine et de Champagne que l’on désigne depuis l’Antiquité sous le nom d’Arduenna Silva.
Arduenna, nom d'origine celtique d'une forêt située sur et aux abords du massif de l'Ardenne, citée par Jules César et Strabon.
La partie belge culmine à près de 700 m, dans les Hautes Fagnes.

 

Avec 1 cochon dans chaque ferme, la gastronomie des Ardennes évoque fort souvent des charcuteries de renommée internationale. Le jambon cru est ici une célébrité, le boudin blanc aux oignons de la vallée de la Meuse et le boudin blanc de Rethel sont fameux. La cacasse à cul nu (fricassée de p de t, lard et oignons) et la salade au lard sont des spécialités fort prisées des repas familiaux.
Le gibier tient une belle place dans les menus ardennais. Dans cette région de chasseurs, le sanglier, le chevreuil, le lièvre ou le canard sauvage sont préparés en civet, en terrine ou simplement rôtis.
La Meuse et autres rivières permettent d’offrir aux convives de magnifiques brochets farcis, des truites pleines de fraicheur voire de la friture de fretins.

Les champignons de forêt accompagnent subtilement la dinde rouge des Ardennes, au plumage roux, autrefois réservée à la table des rois. 

 

 

 

Accès au site Original - ex - cuisine-collection.com , devenu :  ja6.free.fr

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le boudin blanc


L’origine du boudin blanc remonte au Moyen Âge, lorsqu'il était de tradition de débuter le réveillon de Noël par de la bouillie de lait, servie chaude.
Dans son ouvrage, ''la Maîtresse de maison'', la baronne de Staffe relate, en 1892, l’idée d’un cuisinier du cardinal de Mazarin, auquel appartenait autrefois le comté de Rethel, de présenter cette bouillie sous boyau, afin de simplifier le service, et d’apporter aussi quelques changements radicaux à la recette traditionnelle de la bouillie.
Ainsi est né le ''boudin blanc de Rethel'' : 17 cm de long, 120 g, une préparation cuite qui se présente sous la forme d’une pâte très claire, composée de viande de porc uniquement, de lait, d’œufs et d’un assaisonnement, unis dans un boyau de porc.

Le boudin blanc de Rethel bénéficie d’une Inscription géographique protégée (IGP), qui interdit toute velléité de le fabriquer ailleurs...



La carotte

Longtemps considérée comme une plante médicinale, la carotte ne commence à apparaître qu'au XVIIIe siècle avec la “carotte orange de hollande”...

 


Le noisetier

Le noisetier est un arbuste buissonnant typique des bois et des forêts. Ses tiges foncées portent des feuilles arrondies et velues d’où pendent, au printemps, de magnifiques chatons mâles jaunes. Les minuscules fleurs femelles, rouge carmin, avec des styles apparents qui font penser à des tentacules d’oursins, s’ouvrent au cours des journées chaudes. Les fruits du noisetier commun, ou coudrier, Corylus avellana, et du noisetier de Byzance, Corylus colurna, sont appelés noisettes ou avelines, ils sont entourés d’un involucre charnu à la base, alors que ceux du noisetier de Lombardie, ont un involucre qui les enveloppe complètement.

Les noisetiers sont pollinisés uniquement par le vent, aussi les espèces se croisent souvent entre elles. Le coudrier sauvage est spontané en France depuis la fin des glaciations alors que le noisetier de Lombardie a été importé de Grèce par les Romains. Le noisetier américain, Corylus americana, aux feuilles en cœur, donnant des noisettes plus petites à la coque épaisse, est arrivé en Europe vers 1798.

Toutes les espèces ont été croisées au XIXe siècle pour aboutir à nos variétés actuelles, et aucune ne se reproduit plus, désormais, fidèlement.