Logo


 Burger branché La Défense

 

 

 

 

 

 

 

 

La Défense - ja6

Dans l’axe historique, ce quartier d'affaires européen, se distingue par un vaste espace public réservé aux piétons...
Peu animé, isolé, c'est quand même un gigantesque espace culinaire offrant la possibilité de se nourrir dans l'un de ses 180 restaurants !

Dans la cuisine japonaise, un mets teriyaki est une viande, un poisson voire des crustacés grillés ou rôtis dans une sauce soja sucrée au mirin.
Résultat : une viande ou un poisson laqué.
Au Japon on en trouve "prête à l'emploi" dans les commerces spécialisés, ainsi que dans la plupart des grandes surfaces.
La préparation de cette sauce est cependant simple et peu coûteuse à réaliser. 

Très tendance, cette création ambitieuse téléporte le burger dans une autre dimension.

 

 

 

 

 

 









Ingrédients pour 1 burger...

  • 1 dos de saumon

  • 1 gousse d'ail

  • 1/2 oignon rouge

  • 1 petit morceau de 2 mm de gingembre frais

  • 1/2 tranche de pain de mie - sans croûte

  • 1/2 poivron rouge

  • 1 tige d'oignon blanc

  • 1/2 blanc d'œuf

  • 1 filet de sauce soja

  • 1 bun - pain à hamburger

  • 5 g de beurre

  • 1 cuillère à soupe de mayonnaise basique

  • 1 pointe de wasabi

  • 1 cuillère à soupe de d'huile de tournesol

  • 2 cuillères à soupe de fécule de maïs; Maïzena par ex.

  • Quelques feuilles d'épinard...

  • 2 rondelles de tomate "Noire de Crimée"

  • Sel
    Sauce teriyaki

  • 10 cl de sauce soja

  • 10 cl de mirin

  • 2 cuillères à soupe de sucre

Indications de préparation

  • Couper le dos de saumon en petits dés.
    Éplucher la gousse d'ail et le 1/2 oignon.
    Hacher l'ail et le gingembre, émincer l'oignon.
    Couper le pain de mie et le 1/4 de poivron rouge en petits dés.
    Débiter la tige d'oignon blanc en petites rondelles.

  • Mettre le tout dans un saladier, ajouter le blanc d'œuf, mélanger soigneusement puis ajouter la sauce soja, 1 trait de citron vert puis mettre de côté au réfrigérateur.

  • Pendant ce temps, préparer la sauce teriyoki.
    Mettre la sauce de soja, le mirin et le sucre dans une casserole.
    Mélanger puis faire chauffer tout en continuant de tourner et laisser cuire sur feu doux jusqu'à l'obtention d'un sirop.
    Réserver.

  • Couper le pain en 2.

  • Mettre le beurre dans une poêle et faire dorer les 2 moitiés de pain, côté mie.
    Les mettre de côté.

  • Mettre la mayonnaise, le jus de citron restant et le wasabi dans un bol, mélanger soigneusement et en napper la base du pain.

  • Faire chauffer l'huile de tournesol dans une poêle.

  • Préparer un steak avec le saumon, le saler, le passer dans la fécule de maïs puis le mettre dans la poêle.
    Le faire cuire pendant 2 min de chaque côté.

  • Déposer les feuilles d'épinard, les rondelles de tomate et le steak de saumon sur la base du pain puis arroser de sauce teriyoki.

  • Recouvrir de la 2ième moitié du pain.
    Déguster chaud illico!



 

 

 

 

 

 

 

 

60s food - ja6


Tulsa en Oklahoma, patrie du hamburger? Si elle avait su cela, Monica aurait-elle tant hésité à déménager avec Chandler ?    - Friends series -

Aujourd'hui, en anglais, du moins en anglo-américain, le mot hamburger désigne indifféremment sandwich et steak haché.
Il n'existe aucun rapport entre le hamburger et le jambon (ham, en anglais). Hambourg ayant une étymologie d'origine indo-européenne hamma : lieu entouré d'eau ou presque (méandre), position stratégique... riche en bois et pâturages.
Hamburger fait référence à la ville de Hambourg, en Allemagne.

Il est courant en Allemagne, comme ailleurs, d'attribuer aux spécialités culinaires le nom de leur ville d'origine.
La viande utilisée à l'origine du hamburger était du porc rôti. Elle fût remplacée progressivement par du porc haché.
Au XVIIIe siècle, les plus grands ports d’Europe étaient situés en Allemagne. Les marins allemands importèrent aux États-Unis le "Hamburg Steak", le steak de Hambourg.
Sur le port de New-York, des stands de viande attirent déjà les marins allemands avec le slogan "steak cuit dans le style de Hambourg". Mais il ne s’agissait alors que d’une manière de cuisiner la viande (hachée avec des épices).

Au milieu du XIXe siècle, de nombreux Allemands quittent le pays pour l’Amérique, depuis le port de Hambourg.
La ligne maritime Hamburg-Amerika Linie se spécialisa dans le transport d'immigrants venant d'Allemagne et d'Europe de l'Est.
On servait au cours de la traversée un plat nourrissant typiquement hambourgeois à base de viande hachée, de fromage et d'oignons.
Cette viande était salée, elle-même mélangée avec des oignons et de la chapelure, parfois fumée afin de pouvoir la conserver durant la longue traversée.
Le hamburger traversa donc tranquillement l’Atlantique avec les immigrants. Le porc en arrivant au U.S devint du bœuf.
Les immigrants juifs continuèrent de le préparer de cette façon, la recette se répandit en Amérique.
De New York jusqu’en Californie en passant par les Grands Lacs, le Dakota, l’Iowa, et le Colorado, le hamburger, rappela aux immigrants leur pays d’origine.
S'il semble que le "bœuf de Hambourg" fut déjà servi entre 2 tranches de pain sur les bateaux, plusieurs "américains" s'en disputèrent la paternité.
1844 - The original Boston Cooking School Cook Book, by Mrs. D.A. Lincoln (Mary Bailey), 1844 had a recipe for Broiled Meat Cakes and also Hamburgh Steak.

Mais la question se pose, et peut-être eut-on dû la poser d’entrée, de la définition du hamburger :
Est-ce que n’importe quel bout de viande entre 2 tranches de pain est un hamburger ?
Ou est-ce que seuls les petits pains ronds (buns), font le vrai hamburger ?
Après tout, comme le rappelle Alan Richman dans GQ, le hamburger sans le pain n’est rien de plus qu’un steak haché.
D’après Oscar Weber Bilby, les petits pains ronds sont indispensables, ce qui ferait de lui le créateur du vrai hamburger à Tulsa, Oklahoma, lorsque lors d’un barbecue avec ses amis en 1891, là où ses prédécesseurs avaient utilisé du pain normal, il eut recours à des petits pains ronds "faits maison" par son épouse (des buns).
Hélas !
- Fletcher Davis, d’Athens (Texas), en aurait vendu dans son café dans les années 1880, avant de populariser l’invention à la foire de St Louis (Missouri) en 1904.
- Charlie Nagreen, quant à lui, inventa le hamburger à Seymour (Wisconsin) en 1885 afin de permettre aux clients de la foire Seymour de manger en marchant.
- Le café Louis’ Lunch, à New-Haven (Connecticut), servirait le hamburger américain d’origine depuis 1885 également.
Quoiqu'il en soit, le hamburger naquit aux États-Unis, dans la fin des années 1880.

Les burgers s'imposèrent dans la culture américaine.
Le premier personnage fictionnel à témoigner de sa passion pour ce plat fut ce brave Wimpy, dans Popeye. Grand amateur de hamburger, qui toutefois, n’avait jamais l’argent pour se les offrir.
Survint alors la production en masse.
En 1916, Walter Anderson, travaillait à ce qui allait devenir la chaîne White Castle (rendue célèbre par le film Harold et Kumar go to White Castle - 2004, dans lequel l’objectif des personnages principaux tout au long du film est de manger ces burgers).
Il mit au point une manière de saisir la viande sur une plaque extrêmement chaude afin qu’elle reste juteuse à l’intérieur, ce qui contribua au succès de cette chaîne dès les années 1920.
Son développement contribua à populariser et à répandre le hamburger: White Castle devint l’équivalent culinaire de la Ford T.
Un peu plus tard, les frères Mc Donald eurent l’idée brillante de combiner l’amour des Américains pour les hamburgers à celui qu’il portait à l’automobile.

Ils ouvrirent un drive-in à San Bernardino (Californie) en 1940, où les clients pouvaient entrer manger s’ils le voulaient ou bien repartir en voiture avec leur nourriture.
Cette chaîne continue de se développer, avec le succès que l'on connait, même après avoir été revendue par ses 2 créateurs en 1961.

  

 

Accès au site Original - ex - cuisine-collection.com , devenu :  ja6.free.fr

 




       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Mirin

 

 

Connu du Japon où il fut d'abord une sorte d'hydromel que les femmes buvaient au nouvel an, il fut ensuite utilisé dans certains restaurants comme assaisonnement à partir de la fin du XVIIe siècle.
Les cuisiniers avaient remarqué qu'il masquait ou annihilait les odeurs prenantes de poisson et de viande, et qu'il empêchait les aliments de se défaire à la cuisson, facilitant la pénétration des sauces tout en rehaussant les saveurs.
Sa consommation s’est popularisée depuis la Seconde Guerre mondiale, devenant indispensable dans le placard de la cuisine familiale, aux côtés de l'huile de sésame, du shōyu et du vinaigre de riz.
Fabriqué avec du riz gluant cuit, fermenté par un kōji additionné d'eau de vie, le plus souvent du shōchū.
Liquide jaunâtre pâle à ambré, sirupeux, assez sucré, à degré alcoolique généralement inférieur au saké (11-18°), il se conserve plusieurs années mais devra être stocké en lieu frais, à l'abri de la lumière.
Aujourd'hui, le mirin est une sorte de saké très doux utilisé aujourd'hui presque uniquement comme assaisonnement en cuisine coréenne et japonaise.
Le mirin est employé aussi bien pour les plats grillés que bouillis, les sauces et les bouillons.
C'est aussi un ingrédient incorporé aux sauces salade et dans certains gâteaux japonais.



"Noire de Crimée"

Black Krim

 


Tomate unique, dont la peau et la chair deviennent rouge pourpre très foncé, une fois à maturité.
C'est l'une des premières tomates, dites anciennes, qui est apparue sur les étals des marchés.
Principalement développée en Ukraine au XIXe, les fruits obtenus peuvent devenir énormes, entre 150 et 400 g !
Sucrée, elle ne présente aucune acidité et n’a pratiquement pas de pépins.
Reine des buffets d'Été, cette tomate à la chair savoureuse est recommandée pour toutes les salades estivales.
Cela sera dommage, mais elle ravira également si on décide de la farcir.
À propos, d'aucuns préfèrent la "Noire Charbonneuse" encore plus gouteuse et plus productive. Mais là on s'égare...



Le wasabi

 

 

Le wasabi, plante originale originaire du Japon, est utilisée comme condiment.
Plante vivace dont on utilise la racine, c'est une sorte de raifort japonais, vert, au goût extrêmement fort, moins fort cependant que celui du raifort occidental.
Il appartient à la même famille botanique que le raifort et la moutarde, et ne pousse spontanément qu'au Japon et dans l'île de Sakhaline.
Le wasabi s'utilise principalement mélangé à de la sauce de soja pour y tremper les sushi et autres sashimi.
De façon plus générale, il agrémente les plats de poisson ou de viande.

On le trouve dans les rayons des épiceries orientales où il peut être vendu en tube, déjà préparé, plus classiquement en racine ou sous forme de poudre qu'il faudra mélanger à de l'eau afin d'obtenir une pâte.