Logo


 Nuggets de poisson maison
       Fish nuggets

       Petits chefs

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas facile, parfois de contenter nos chérubins portés toujours sur les mêmes plats, boudant les légumes et toute nouveauté culinaire.
Pour les Mamans en quête de repas équilibrés qui fassent dire aux enfants Encore !
Il s'agit de trouver des recettes faciles et rapides, parfois ludiques, toujours appétissantes.
Leur dénominateur commun?
La simplicité des saveurs et le nombre d'ingrédients limité, le tout assorti d'astuces de présentation et d'idées de variantes.

 

Ensemble, essayons d’ouvrir les yeux de nos bambins aux plaisirs de la cuisine, aux nouvelles saveurs et à la richesse de notre alimentation.
Cuisiner est un jeu mais aussi une culture que l’on transmet progressivement.
C’est le moment de leur mettre un petit tablier et de passer un moment agréable et complice en famille, à la découverte des joies de la cuisine et de nouveaux goûts.
L'on pensera, cela va sans dire, au couteau aiguisé ou électrique, à la friteuse, au plat brûlant sortant du four... 

Les enfants aiment les aliments panés, alors profitons-en pour leur faire manger du poison.
Ces bouchées qui se mangent avec les doigts ont tout pour leur faire plaisir.
S'ils n'aiment pas la sauce tartare, leur proposer alors du ketchup ou de la mayonnaise légèrement citronnée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 










Ingrédients pour 4 convives

  • 500 g de filet de cabillaud

  • 2 œufs

  • 4 cuillères à soupe de farine

  • 50 g de chapelure

  • 2 cuillères à soupe d'huile d'olive

  • Sauce tartare

  • 1 citron

  • Sel

Choisir du poisson bien frais. L'on pourra, bien entendu, prendre du poisson surgelé que l'on coupera aisément en cubes lorsqu'il sera encore un peu congelé.

Indications de préparation

  • Couper le poisson en gros cubes.

  • Battre les 2 œufs dans une assiette.
    Verser la farine dans une autre assiette, procéder de même pour la chapelure.

  • Saler les cubes de poisson puis les passer successivement dans la farine, l'œuf battu et dans la chapelure.

  • Dans un poêle, mettre à chauffer l'huile d'olive et cuire les cubes de poisson panés pendant 3 min sur feu moyen en les retournant.

  • Servir les nuggets avec la sauce tartare et le citron coupé en quartiers.

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le nugget de poulet fut inventé dans les années 1950 par Robert C.Baker  (1921-2006), professeur en sciences de l'alimentation de la Cornell University et publié sans dépôt de brevet en tant que travail académique. Et oui le nugget c'est sérieux !
La création du Dr. Baker rendit possible la préparation de nuggets de toutes formes.
Un nugget de poulet est composé d'une pâte de chair et de peau de poulet finement hachées, qui est ensuite roulée dans une pâte à beignet ou une panure avant cuisson. Ceux-ci contiennent le + souvent une importante proportion de peau de poulet qui permet une meilleure cohésion de la préparation et un coût inférieur...
On accorde, à tort, la paternité des nuggets de poulet à Mac Donald's qui ne créera cependant ses Chicken Mac Nuggets qu'en 1979 pour ne les commercialiser qu'en 1980.

 

Fish and chips
Une fois le concept introduit en Angleterre aux XVIIe et XVIIIe siècles par les Juifs séfarades du Portugal, c'est logiquement, que la première boutique de "Fish and Chips" fut ouverte à Londres  en 1863, par un immigrant juif: Joseph Malin.

 

Le fish and chips "poisson et frites", familièrement connu sous le nom de fish supper en Écosse et en Irlande du Nord, est un plat de restauration rapide d’origine britannique à emporter ou à consommer sur place, consistant en un poisson frit dans de la pâte ou de la chapelure, servi avec des frites.
Classiquement, le filet de poisson est plongé dans une pâte à frire à base d’œufs, de farine, de bière anglaise et de sel, puis frit dans de l’huile, généralement végétale.
Enfin le plat est saupoudré de sel et arrosé de vinaigre de malt et pourra être servi avec du ketchup ou de la sauce tartare, dans un emballage de papier blanc de façon à absorber l’excès d'huile, lui-même emballé dans du papier journal afin de conserver la chaleur...

En Angleterre et en Irlande, la morue et l'aiglefin, ou encore le cabillaud sont les poissons le plus souvent utilisés. En Écosse, c’est le haddock qui prédomine.
D'autres poissons, sont utilisés, particulièrement des poissons blancs tels que le lieu noir ou jaune, la plie... La raie est très utilisée en Irlande. Dans le Nord de l'Irlande, la morue, la plie et le merlan apparaissent plus communément dans les fish suppers.

Par ailleurs, Britanniques, Irlandais et de nombreux habitants du Commonwealth appellent les frites: chips, alors que la plupart des Américains et Canadiens les nomment French fries.

 

 

Accès au site Original - ex - cuisine-collection.com , devenu :  ja6.free.fr

 




         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le cabillaud

 

 

Le cabillaud, qui est de la morue fraîche, reste le plus populaire et le plus courant des poissons de l’Atlantique Nord.

Le cabillaud, du néerlandais Kabeljau, est un poisson de la famille des gadidés, à l'instar du colin et du merlan.
Aujourd’hui, on le pêche principalement dans les océans Atlantique et Pacifique, et en mer du Nord, dans une eau froide dont la température n’excède jamais 10° Celsius. Il investit les eaux côtières de janvier à mars, et trouve refuge en eaux profondes le reste de l’année.
Le cabillaud mesure entre 50 cm et 1 m. Le coloris de ses écailles peut varier du gris au brun, ceci en fonction de son alimentation: omnivore, il se nourrit de crabes, de couteaux, de calmars, de petits poissons ou encore de vers.
La pêche du cabillaud est apparue en France avec les Vikings: ces derniers ont popularisé la pratique dès le IXe siècle, après avoir envahi la Normandie...
Le Moyen Âge, les autorités religieuses chrétiennes imposant 150 jours "maigres" par an, voit la consommation de poisson croître.
En 1278,  Le terme “cabillaud” apparait dans la langue française.
La pêche du cabillaud s’intensifie, et dès le XVIIe siècle, les navigateurs s’aventurent jusqu’aux bancs islandais.
L’activité est demeurée une des principales sources de revenus pour certaines communautés (comme Fécamp et ses Terre-Neuvas), et ce jusqu’au XIXe siècle. Avec l’avènement de la révolution industrielle, les chalutiers à vapeur remplacèrent peu à peu trois-mâts, goélettes, ouvrant la voie à la pêche industrielle, au rendement plus avantageux.
On trouvait jadis le cabillaud en abondance, mais aujourd’hui la tendance s’est inversée, des mesures de restriction sur sa pêche ont été prises, afin d’éviter l’extinction de l’espèce. La Commission européenne a ainsi récemment présenté un plan de "reconstitution des stocks de cabillaud" , imposant notamment une taille légale de capture... 2008 





 

Selon une légende tenace, on raconte que les envahisseurs barbares : Huns, Tartares et autre Attila déferlant sur l’est de notre pays il y a quelque 1000 ans, se nourrissaient de viande crue qu’ils attendrissaient en la plaçant quelques heures sous la selle de leur cheval. D’où le nom de steak tartare pour des préparations réalisées à partir de viande hachée crue. 
De fait, son nom comme sa recette, ont été inventés de toutes pièces par Jules Verne(1828/1905) qui voulait ajouter une note de couleur locale à son roman Michel Strogoff.
Le steak cru, haché et assaisonné est totalement inconnu tant des Tartares que des peuples slaves...

Quant à la sauce tartare, selon Joseph Favre - Dictionnaire universel de cuisine. Encyclopédie illustrée d'Hygiène alimentaire -Paris, 1883 - le terme "tartare" viendrait des barbares nordiques et se serait appliqué à des préparations panées grillées, accompagnées d’une sauce relevée...
Les préparations panées ont ensuite été dénommées "à la polonaise" en cuisine française mais le nom est resté pour la sauce...

Bref, l'on reste dans l'imaginaire du XVIIIe siècle.