Logo


 Foie gras poêlé aux figues
        et au pain d'épices

 

 

 

 

 

 

 

 

Du grand Art ! Une alliance inattendue pour un magnifique repas, voire un Réveillon...

La sauce au jus d'orange accompagne parfaitement les escalopes et le pain d'épice.
Encore plus original, c'est possible. Remplacer le jus d'orange par du jus de pamplemousse voire de mandarine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Dans les verres, pour rester thématique, un vin rouge méridional, un grand cru du Languedoc, un corbières-boutenac A.O.C. depuis 2005 !









Ingrédients pour 4 convives

  • 4 tranches de pain d'épices

  • 50 g de beurre

  • 8 figues fraîches ou surgelées

  • 4 escalopes de foie gras de ± 100 g.

  • Le jus d' 1 orange

  • 1/2 bouquet de cerfeuil - pour la déco.

  • Sel & poivre

Indications de préparation

  • Dans une poêle, faire dorer pendant 5 min les tranches de pain d'épice avec 30 g de beurre.

  • Laver les figues puis les couper en 2.

  • Mettre 20 g de beurre à fondre dans la même poêle et faire revenir les demi-figues pendant 5 min.

  • Poivrer les escalopes de foie gras puis les poêler sans ajout de matière grasse, pendant ± 3 min, sur chaque face et à feu vif.

  • Les réserver, puis déglacer la poêle avec le jus d'orange.
    Remuer et laisser cuire 3 min.

  • Disposer artistiquement dans chaque assiette - préalablement chauffées, c'est mieux - 1 tranche de pain d'épice, 1 escalope de foie gras et 2 demi-figues.

  • Arroser d'un peu de sauce et parsemer de cerfeuil. Déguster aussitôt.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accès au site Original - ex - cuisine-collection.com , devenu :  ja6.free.fr

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pain d'épice(s)

 

 

L'usage en est venu d'Orient, d'où sont originaires presque toutes les épices. Les Grecs les utilisent. Les caravanes chinoises qui empruntent la route de la soie et les marins qui apportent en Arabie les richesses de l'Inde, transmettent les épices à l'Occident.
Dès l'Antiquité, en Égypte, en Grèce et à Rome, des pains sont préparés avec du miel.
Le pain d'épices connut actuellement est d'origine chinoise : le mi-kong “pain de miel” ! Un pain de froment au miel et cuit au four, existant depuis le Xe siècle.

Les Croisés le découvrent à nouveau au Moyen Âge auprès des populations arabes.
Dès l'Antiquité, en Égypte, en Grèce et à Rome, des pains sont préparés avec du miel.
Au XIIIe siècle, il fait partie de la nourriture des troupes de Gengis Khan.
Plus tard les épices deviennent rares et chères. Aux XVIIe & XVIIIe siècles, le salé et l'épicé sont progressivement délaissés. On leur préfère le sucré. Le poivre disparaît des recettes de cuisine et de pâtisserie, les aromates sont utilisés en plus faible quantité.
Le pain d'épice devient progressivement une pâtisserie sucrée.

Dès l'Antiquité, en Égypte, en Grèce et à Rome, des pains sont préparés avec du miel.

Il participe en France à la réputation gastronomique de plusieurs villes telles Dijon et Reims.
Dans les pays célébrant la Saint Nicolas, comme en Belgique, le pain d'épices est un gâteau de fête, auquel les pâtissiers donnent les formes les plus diverses.

Outre-Manche, sous le nom de gingerbread, le pain d'épice reste + épicé, + dur et + compact...
Traditionnellement, on commence par préparer le pain d'épices en pétrissant ensemble la farine et le miel afin de former une pâte-mère. Autrefois, cette pâte pouvait être laissée à lever pendant 3 mois... en l'absence de poudre à lever ou levure chimique, le pain d'épices levait grâce à une fermentation spontanée qui avait lieu pendant cette phase de maturation.
Traditionnellement, on n'utilise ni lait ni matière grasse pour confectionner le pain d'épices, ce qui en fait un produit pauvre en mg. La pâte est ensuite cuite au four.
..