Logo


 Darioles
       de noix de Saint-Jacques

 

 

 

 

 

 

Un pur bonheur de gourmandise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 









Ingrédients pour 4 convives

  • 250 g de noix de Saint-Jacques

  • 10 feuilles de persil plat

  • 1 tête d'ail

  • 1 échalote

  • 2 œufs

  • 10 g de Maïzena

  • 1 briquette de lait concentré non sucré - 20 cl

  • 1 cuillère à soupe d'huile d'olive

  • Sel & poivre

Indications de préparation

  • Préchauffer le four à 130°c - Th. 4/5.

  • Ciseler le persil et hacher finement l'ail et l'échalote.

  • Dans un saladier, mélanger les œufs avec la maïzena, puis ajouter le lait concentré et l'huile d'olive.

  • Remuer et incorporer le persil, l'ail et l'échalote. Saler et poivrer.

  • Passer rapidement au mixeur les noix de Saint­Jacques. Les incorporer à la préparation.

  • Beurrer et fariner de petits moules à muffins ou à briochettes.

  • Répartir la préparation dans les moules.

  • Mettre au four pendant environ 20 min.

  • Vérifier la cuisson en enfonçant la lame d'un couteau : elle devra ressortir sèche.

  • Démouler lorsque les darioles sont froides.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lait concentré non sucré

Le lait concentré non sucré, ou lait concentré, parfois appelé lait évaporé (anglicisme du terme Evaporated milk), est un produit laitier obtenu à partir de lait de vache, auquel une partie de l'eau a été retirée, par évaporation.
C'est Nicolas Appert qui mit au point le procédé dans les années 1820.
Le procédé industriel employé afin de fabriquer le lait concentré non sucré est sensiblement différent de celui utilisé pour le lait concentré sucré : il incorpore un processus de stérilisation, inutile lorsque le sucre est employé pour accroître la durée de conservation.

 

 

 

 

Accès au site Original - ex - cuisine-collection.com , devenu :  ja6.free.fr

 




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dariole

 


Vieux terme picard d'origine obscure, une altération de deriole, doriole dérivé du picard et wallon : doré, dorlie (Hécart, Grandg., Haust)
1292 -Étymol. et Hist. (Arch. Nord, B 19587 ds IGLF).
F.Villon - 1431/1463 - Repues franches. "Darioles, tartes entières"
1548 - Darioles d'Amiens (F. Rabelais, Le Quart Livre, éd. R. Marichal, ch. XI, p. 74).

C'est une pâtisserie cuite dans un petit moule à peine évasé, lui-même appelé dariole, qui s'emploie notamment pour préparer des cakes, des gâteaux de riz, des gâteaux de légumes ou des babas.
Enfin une dariole est encore une tartelette au fromage, mais également une sorte de petit flan au fromage.



Saint-Jacques

 

Encore appelé "pèlerine" ou "peigne", ce gros coquillage bivalve, la coquille St Jacques servait dès le Moyen Âge d’emblème aux pèlerins allant à Saint-Jacques-de-Compostelle, qui la fixaient à leur manteau et à leur chapeau.
C'est au début du IXe siècle qu'un ermite guidé par une étrange étoile, découvrit dans cette cité de Galice - terre celte - les reliques de l'apôtre Jacques. D’où ses différents noms.
Elle vit de façon sédentaire sur les fonds sableux et herbeux, à une profondeur moyenne de 70 m, se déplace par petits bonds et peut vivre une bonne vingtaine d'années.
En Europe elle vit dans le nord de l'Atlantique et la Méditerranée. On la trouve dans le Pas de Calais, en Normandie, en Bretagne, en Écosse, en Irlande, en Italie ou en Angleterre.

Très appréciée pour sa chair, très riche en fer. Les Français mangent aussi sa glande génitale, appelée corail en gastronomie.
Elle est tellement appréciée qu'elle se raréfie, et sa pêche est de plus en plus réglementée. En France, elle n'est autorisée, que du 1er octobre au 15 mai par arrêté ministériel.
Dans l'industrie alimentaire, les termes Saint-Jacques et noix de Saint-Jacques peuvent être utilisés pour désigner les noix d'autres pectinidés : pétoncles pêchés au Canada et en Nouvelle-Angleterre (Placopecten magellanicus ou Chlamys islandica), en Australie, au Chili (Pétoncle chilien), au Pérou, pétoncles pêchés ou élevés en Asie (Chine/Japon) (Patinopecten Yessoensis), de la région d'Hokkaido,...
Ceci est tout-à-fait légal, les besoins de l'industrie, en particulier en petites noix, dépassant de loin les apports français voire même européens. Le nom latin et l'origine sont obligatoirement indiqués dans la liste d'ingrédients. Il convient de bien vérifier la mention "Pecten maximus".