Logo


  Quiche à la choucroute

 

 

 

 

Une quiche originale, économique au goût dynamique...

 

 

 

 

 

 

 

  Dans les verres, un pinot blanc








Ingrédients pour 6 convives

  • 300 G de pâte feuilletée - toute prête

  • 400 G de choucroute - cuite

  • 100 G d'oignons

  • 40 G de beurre

  • 1 Brin de persil

  • 1 Tranche de jambon fumé de ± 1/2 cm d'épaisseur

  • 1/2 Cuillère à café de cumin en poudre

  • 4 Œufs

  • 20 Cl de crème fraîche

  • Sel & poivre

Indications de préparation

  • Préchauffer le four Th. 7 - 310°c.

  • Garnir de la pâte feuilletée un moule à tarte de 25 cm de Ø.

  • Peler et couper les oignons puis les émincer. Les faire blondir dans le beurre chaud.

  • Couper le jambon en dés - l'on pourra remplacer le jambon par un saucisson ou une saucisse fumée...

  • Dans un saladier, mélanger la choucroute, les oignons, le jambon, le cumin, le persil haché.

  • Ajouter les œufs battus avec la crème, sel et poivre.

  • Garnir la pâte de cette préparation.

  • L'on pourra terminer en décorant le dessus de la tarte de croisillons de pâte...

  • Glisser au four 40 min.

  • Servir chaud avec une salade verte.



 

 

 

 

 

Une quiche est une tarte garnie d'un mélange d'œufs battus, de crème fraîche et de lardons fumés maigres.

De l'allemand "Kuchen" (gâteau) ou du patois lorrain francique "Küchen", dans certaines localités lorraines, on nomme "quiche", toute préparation faite d'une pâte garnie de "migaine" (œufs + crème), d'oignons, de fromage blanc, voire de potiron...  Mais  la "migaine" doit toujours être "chevelotte," elle doit trembloter, et  la quiche servie brûlante...
Autrefois, en lorraine, sur une pâte à pain étalée finement, on déposait une "migaine" d'œufs du jour et de crème juste prise, de petits morceaux de beurre frais salés, quelques brins de ciboulette avec parfois du fromage, elle ne comptait que rarement du lard. On a vu aussi, quelquefois, des oignons émincés et fondus au beurre.
C'est au XVIe siècle que les cuisiniers de Stanislas, ex roi de Pologne mais Duc de Lorraine, réalisèrent une quiche telle qu'on pourrait en trouver aujourd'hui. La pâte à pain un peu rustique fut remplacée par une pâte feuilletée pour devenir progressivement un classique de la cuisine française.

 

 

L'Alsace, le pays du romantisme...

Chaleureuse et prospère, l'Alsace figure en bonne place au palmarès des plus belles régions de France. Si la beauté de ses paysages, la richesse de son patrimoine et de sa gastronomie sont légendaires, il est une qualité rare dont elle peut à juste titre s'enorgueillir: la diversité de ses régions. Cette belle province, de la plaine aux crêtes vosgiennes, et des vallons aux forêts rhénanes, déroule son vaste manteau de paysages changeants et accueillants. Il en est des pays d'Alsace comme d'une mosaïque aux multiples couleurs et paysages.
La région doit sa culture et sa langue régionale aux Alamans - À ne confondre en aucun cas avec les Allemands -, qui s'établirent dans la région en 378. L'Alsacien d'aujourd'hui est une langue alémanique.
C'est aussi une des régions les plus "étoilées" par les guides, qui valorisent au mieux... et galvaudent parfois son impressionnant répertoire gastronomique.
Parmi les recettes et plats traditionnels d'Alsace figurent notamment: la tarte à l'oignon (Ziwelküeche), le cervelas vinaigrette, les asperges accompagnées de 3 sauces, cette potée typique qu'est le Baeckeoffe, la tarte flambée ou plus exactement : Flamekuche ou Flammeküeche, maintenant connue de toute la France, naguère spécialité bas-rhinoise, la choucroute, le Schiffala ou Schiffele, les boulettes de porc et de veau Fleischschnackas.
Le gibier — le droit de la chasse est particulier dans la région — et les cochonnailles ont la part belle dans patrimoine gastronomique.
Le méridional Sundgau se fait une gloire de ses carpes frites. Le foie gras d'oie, qui est produit depuis le XVIIe siècle, est le plus souvent d'excellente qualité. Il est à noter que l'Alsace n'élève pas beaucoup plus d'oies que de porcs, dont elle fait pourtant une abondante consommation charcutière.
Du côté des desserts traditionnels : Kouglof, tarte au fromage blanc et grande variété de biscuits et petits gâteaux, appelé Bredalas - les spécialités de l'Avent -, ainsi que du pain d'épice.
L'ensemble est arrosé de vin d'Alsace blanc souvent secs ou secs tendres, parfois très riches en sucre résiduel, plus rarement de rouge ou de rosé. Il existe un type de vin d'Alsace pour chaque plat, le riesling pour la choucroute, le pinot blanc pour les tartes flambées par exemple. C'est bien entendu le Riesling , considéré comme le Roi des vins d'Alsace, qui s'accorde avec le plus de plats. Il y a également des bières brassées dans le Bas-Rhin et des eaux minérales régionales : Lisbeth, Carola, Wattwiller.

 

 

 

 

 

 

Accès au site Original - ex - cuisine-collection.com , devenu :  ja6.free.fr

 




 

 

 

 

 

La choucroute

 

 

Au IIIe siècle avant J-C, des choux fermentés au vin nourrissaient les coolies travaillant à la construction de la grande muraille. Arrivée de Chine avec les Tatars et mongoles en Europe centrale, principalement en Transylvanie, elle plut...
Les Allemands mirent au point une fermentation au sel à Francfort, et lui donnèrent le nom de "sauerkraut", herbe aigre, qui se traduit en alsacien par "sûrkrut" devenu en français "choucroute". En Allemagne et même en Alsace, on pouvait
utiliser le chou rouge.
En France, elle fut mise à la mode à la Cour par la princesse Palatine. En Alsace, 1000 recettes "uniques" cohabitent entre Colmar, Strasbourg, Saverne, Brienne-le-Château et Montbéliard, et c’est heureux !



Le cumin

 

 

Le cumin compte parmi les plus anciennes épices connues. Le papyrus Elbers (1200 av. J-C.)mentionne très souvent la présence de cumin comme remède universel, la panacée à l'époque des Pharaons d'une herbacée de 10 à 50 cm de hauteur.
Entière ou en poudre, la graine de cumin originaire de Haute Égypte, d'Iran et de Turquie, est l'une des épices les plus utilisées.
Elle facilite la digestion. Il existe aussi une épice moins répandue, appelée cumin noir (kala jeera), qui n'a, en fait, aucun rapport avec le cumin...

Une flaveur spécifique, âcre, piquante, chaude et légèrement amère.