Logo

 

 Mojito 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un cocktail délicat tout en nuances... en provenance de la Havane.

 

Le Mojito est tendance dans les bars du monde entier, à l’exception paradoxale, peut-être, de Cuba. Comme pour tous les cocktails, nombreuses sont les légendes qui entourent le Mojito (prononcer à la cubaine : morito).
Il semblerait qu'il aurait été créé à la fin du XIXème siècle à la Havane avant de devenir populaire au début des années 1930.

Auparavant, en 1586, le capitaine Drake et sa bande de corsaires songent à piller La Havane dans le but de s’emparer de l’or aztèque qui y est conservé.
La Havane se prépare à l’attaque du célèbre corsaire. 14 navires apparaissent à l’horizon, puis à la grande surprise de tous, s’éloignent du port le plus riche des Antilles après n’avoir tiré que quelques salves de canon. Le capitaine Drake laisse la ville intacte, non sans avoir laissé sa marque sur la population entière de Cuba. Son subordonné, Richard Drake, y a inventé un cocktail appelé le Draque, Drak ou Drac, en hommage à son capitaine...
Sir Francis DrakeAu fil de ses aventures dans de nombreux ports espagnols, Richard Drake a présenté une mixture de sa propre invention aux différents résidents locaux ayant eu la malchance de se trouver sur le chemin du capitaine Drake. En 1593, la reine Elizabeth I accorde à Richard Drake le premier brevet de monopole pour la production d’aqua-composita, d’aque vitae, de vinaigre, d’alegar et d’autres distillats, en guise de récompense pour les services rendus au capitaine Drake.
 Le Draque, composé initialement d’aguardiente - littéralement "eau ardente" (de agua ardiente) et désignant des boissons alcoolisées, de sucre, de lime et de menthe, était servi à l’aide d’une cuillère de bois au manche en queue de coq (cock’s tail). Il était le + souvent consommé à des fins médicinales. Au cours de l’une des plus virulentes épidémies de choléra à La Havane, le narrateur Ramón de Paula écrit :
"Chaque jour à 11 h, je consomme un peu de Draque fait d’aguardiente et je me sens très bien."
Les traces écrites les plus anciennes du Mojito sont trouvées dans les éditions de 1931 et 1936 du livre de recette Sloppy Joe’s Bar Manual.
En 1940, le dramaturge et poète cubain Federick Villoch souligne la substitution de l'aquardiente par le rhum:
"... lorsque l’aguardiente fut remplacée par le rhum, le Draque fut renommé le Mojito."
En 1942, lorsque Angel Martinez ouvritt La Bodeguita "del Medio", un magasin qu’il convertit en restaurant et bar en 1946, là où le Mojito devint célèbre à la Havane. La Bodeguita "del Medio" comptait parmi ses habitués des célébrités telles : Brigitte Bardot, Ernest Hemingway et Nat King Cole...

Le Mojito fut rapidement exporté vers les États-Unis notamment Miami où il atteint un beau niveau de popularité, puis enfin New York et San Francisco.
Dans les années 1990, le Mojito atteint nos frontières républicaines grâce à l’importation de la cuisine tex-mex…

L’appellation Mojito provient du mot africain "mojo", qui signifie "jeter un petit sort". Aujourd’hui, le cocktail le plus ancien de Cuba et le célèbre rhum havana club continuent de jeter ce petit sort sur tous les gens qui le consomment

 

Mojito rose
Plier 6 feuilles de menthe, 2 quartiers de citron vert, 2 c à c de sirop de sucre de canne et 3 framboises dans un verre tumbler. Ajouter de la glace pilée, 8/10 de rhum blanc et 2 /10 de Chambord. Remuer et recouvrir de jus de canneberge.

Mojito ananas
Plier 6 feuilles de menthe, 4 morceaux d'ananas et 2 c à c de sucre roux en poudre dans un shaker à moitié de glaçons et un verre tumbler de glace pilée. Verser le rhum dans le shaker et frapper. Verser le mélange dans le verre et recouvrir de jus d'ananas.

Mojito pomme
Reprendre la recette ci-dessus en supprimant les morceaux d'ananas. Remplacer le jus d'ananas par du jus de pomme. Décorer de lamelles de pomme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ja6 site search by freefind

 

 

 


Ingrédients pour 1 drink

  • 6 cl de rhum blanc : Havana Club blanc & sec

  • 2 cl de citron vert

  • 1 cuillère à café de sucre de canne

  • Eau gazeuse

  • 2 + 2 feuilles de menthe

Indications de préparation

  • Préparer directement dans le verre à cocktail.

  • Rincer puis éponger rapidement la menthe.

  • Écraser 2 feuilles de menthe en ajoutant quelques gouttes d’eau de source.

  • Déposer dans le verre.

  • Ajouter 2 cl de jus de citron vert et 1 cuillère à café de sucre de canne. Remuer.

  • Remplir le verre à moitié de glace pilée, ajouter 6 cl de rhum.

  • Mélanger à la cuillère.

  • Ajouter de l’eau gazeuse et remuer doucement avec 2 pailles...

  • Décorer de 2 feuilles de menthe.

 



 

 

 

 

 

 

 

 


Brochettes sucrés-salés
Enfiler sur des piques à cocktail : 1 tranche de magret séché, 1/2 fraise et 1 cube d'avocat.
Servir avec le cocktail.

 

Difficile de parler de Cuba sans évoquer le rhum. Jadis, les flibustiers prenaient d'assaut les flottes espagnoles en route vers l'Europe pour s'emparer du rhum de La Havane.
En 1714, le roi Charles interdisait dans une lettre marquée du sceau de la couronne la fabrication de rhum à Cuba. Cet ordre a certainement été pris à la légère, puisqu'en 1764 des distilleries officielles produisaient le meilleur rhum de la Caraïbe.

Il y a
± 1 siècle, les distilleries de Cuba ont commencé à fabriquer d'autres liqueurs…
Grâce à la créativité et à l'ingéniosité de leurs barmen, les bars cubains sont non seulement réputés pour être excellents, mais aussi uniques en leur genre.

Parmi les nombreux hôtes de Cuba, on peut citer Jean-Paul Sartre, Graham Greene, Errol Flynn et Katherine Hepburn. Cependant, c'est au nom d'Ernest Hemingway que Cuba demeure indissociablement liée dans le monde.
Aujourd’hui, le rhum Havana Club est un rhum d'exception et comme c'est le cas pour de nombreuses productions au Sud, le meilleur est réservé à l'exportation.

 

 

 

Accès au site Original - ex - cuisine-collection.com , devenu :  ja6.free.fr

 




      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La lime
citrus latifolia

 

 

Le limettier est originaire de Chine. Selon R. Cottin, les Américains ont ''découvert'' la lime en Californie, en 1865, dans le régime alimentaire des émigrés chinois qui construisaient les voies ferrées...

Le limettier de Tahiti est une espèce différente du citronnier. Le nom de ''citron vert'' n'est donc pas employé par les botanistes, mais reste très utilisé en langage usuel et culinaire.

La lime peut remplacer le citron dans toutes ses applications culinaires, en particulier dans l’aromatisation des poissons.

 


 Le rhum

 



Originaire d'Asie, la canne à sucre a été répandue par les Arabes au VIIIe siècle et introduite aux Amériques par les Espagnols en 1493 lors du second voyage de Christophe Colomb, à l'occasion de la première installation européenne en Amérique sur l'île d'Hispaniola.
En France, l'"invention" du processus de distillation de la canne et par là même d'une eau de vie (guildive sucrée) qui suite à quelques évolutions est aujourd'hui devenue le rhum, est prêtée au père Labat (1663-1738), missionnaire dominicain français aux Antilles afin de créer un remède aux fièvres.
Pourtant, la première mention écrite de l'existence du rhum date d'avant l'arrivée de Labat aux Amériques et provient de l'île anglophone de la Barbade en 1688.
par ailleurs il semblerait que des "rhumeries" aient existé sur cette île depuis 1627...
Le mot rhum serait une abréviation du mot anglais "rumbullion" qui signifie "grand tumulte". Autre explication : le mot "rum" tirerait simplement son origine de la terminaison du mot latin : saccharum (sucre).
Les mots taffia ou kill-devil étaient aussi utilisés... par leurs consommateurs.
Ses prétendues vertus médicinales en firent un composant obligatoire des rations à bord des navires de l'époque. Le « grog » (rhum allongé d'eau) fut inventé en 1731 afin de diminuer les problèmes liés à l'alcool à bord de ces mêmes navires.
Il fut donc d'abord réservé aux Noirs, aux boucaniers et autres écumeurs des mers du Nouveau Monde, le rhum a aussi été utilisé sur les côtes d'Afrique comme monnaie d'échange dans la traite des esclaves.
À la fin du XVIIe siècle, les Français utilisent le mot "rhum" pour désigner l'alcool de canne.
En tant que boisson, il ne se répand en Europe et en Amérique du Nord qu'au cours du XVIIIe siècle.

Le rhum issu de la canne à sucre est produit par fermentation puis distillation.
2 procédés opposés sont utilisés.
L'alcool de canne est obtenu à partir :
- d'un jus naturel ou "vesou" issu du broyage de la canne à sucre qui donne le rhum agricole aussi appelé rhum z'habitant.
- de mélasse (résidu de sucrerie) qui donne le rhum industriel également appelé rhum de sucrerie ou rhum traditionnel.

Issu de 2 produits qui ne sont pas de même nature, le rhum agricole et le rhum industriel sont donc assez différents.
Pour mémoire : Le rhum dit industriel appelé traditionnel, produit par les îles marquées par la tradition anglaise, est antérieur au rhum agricole produit exclusivement en Guadeloupe, la Réunion, Haïti et Martinique.