Logo

 

 Confit d'oie ou de canard
          aux pommes de terre à l'ail
 

 

 

 

 

 

 

 

 

Spécialité des Landes et du Béarn, c'est l'une des recettes les plus classique pour accommoder le confit d'oie ou de canard... déclinée en 2 techniques au choix, pour un résultat unique

 

Utilisation du confit

2 précautions élémentaires seront à prendre avant de consommer le confit : 
- II faudra dégraisser à la chaleur douce (vapeur de préférence) le morceau en évitant qu'il ne chauffe dans sa graisse,
- puis le faire dorer très rapidement au gril ou à la poêle afin de rendre la peau croustillante. Il pourra attendre ensuite au frais ou être servi immédiatement.

Tous les vins rouges régionaux s'adaptent aux confits mais si l'on a un madiran d'une bonne année et de plus de 5 ans d'âge, c'est le moment de le sortir !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Ingrédients pour 6 convives

  • 6 Cuisses d’oie confites ou 3 ailes d'oie - filet compris ou 3 belles portions de confit de canard

  • 10 Belles pommes de terre : ± 800 g

  • 6 Têtes d’ail

  • 1 Bouquet de persil

  • Sel & poivre

Indications de préparation

1° - Au  BAIN- MARIE

  • Ouvrir un bocal de confit et le placer au bain-marie dans une casserole d'eau sur le feu.
    Le laisser jusqu'à ce que la graisse soit fondue.

  • Pendant ce temps, peler les pommes de terre, les laver et les couper en rondelles ou en dés.
    Peler les gousses d'ail et les hacher.
    Les mélanger intimement avec la moitié du persil haché.

  • Lorsque la graisse du confit est fondue, sortir les portions du bocal et les mettre à égoutter dans une passoire placée sur une assiette creuse.

  • Verser 4 cuillères à soupe de graisse fondue dans une cocotte. La faire chauffer puis verser les pommes de terre.

  • Les faire revenir sur feu vif pendant ± 10 min.

  • Saler et poivrer, ajouter 1 verre d'eau ou de bouillon de volaille, couvrir et laisser cuire pendant 10 min.

  • Ajouter la persillade et poursuivre la cuisson à découvert pendant 10 min encore.

  • Pendant ce temps, faire revenir doucement les portions de confit dans une poêle.

  • Égoutter les portions de confit et les découper chacune en 2 ou 3 morceaux.

  • Répartir les pommes de terre dans 6 assiettes.

  • Poser les morceaux de confit des poudrer de persil frais. Servi aussitôt !

2° - Au  FOUR

  • Chauffer le confit dans un plat allant au four.

  • Récupérer une partie de la graisse qui l’entoure, la mettre dans une poêle, puis faire sauter les pommes de terre épluchées et coupées en tranches.

  • Mettre le confit au four.

  • CUISSON à four chaud, Th 4, chauffer 20 min.

  • Détacher les gousses d’ail, ne pas les éplucher, enlever seulement les peaux qui n’adhèrent pas aux gousses. 

  • Les placer dans une petite casserole avec un peu de bouillon et de graisse de confit, et laisser mijoter durant ± 15 min.

  • Les égoutter, puis les disposer dans un plat chaud autour du confit.

  • Présenter le confit entouré de pommes de terre sautées et de gousses d’ail, parsemer de persil ciselé.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Gascogne tire son nom du peuple Vascon, qui donnera le terme Gascon.
Gasconha
, en gascon, était au Haut Moyen Âge une principauté du sud-ouest de la France. Bien que le Duché de Gascogne s'émiette à partir de 1032 pour disparaître en tant qu'entité politique, une identité gasconne subsistera à travers l'Ancien Régime et jusqu'à nos jours.


La Gascogne s'appuie sur les contreforts montagneux des Pyrénées et s'ouvre sur l'océan Atlantique (golfe de Gascogne). La grande masse de la forêt des Landes et le Gers occupent une place centrale dans l'espace géographique de la Gascogne actuelle.
Sa cuisine est un pilier de la cuisine française. Elle doit son originalité aux produits du terroir et à une tradition ancestrale, typique de l'Aquitaine et de Midi Pyrénées, de cuisson à la graisse — notamment à la graisse d'anatidés (canards et oies) — quand la cuisine méditerranéenne privilégie la friture à l'huile et le nord les plats mijotés ou la cuisine au beurre.
La longévité des Gascons malgré un régime alimentaire des plus riches, constitue un véritable paradoxe (auquel l'Activité et la qualité des graisses ne sont probablement pas étranger).

Ici plus qu'ailleurs, on prend le temps de vivre et de profiter des exceptionnelles richesses de la nature. Depuis l'époque gallo-romaine, la Gascogne est célébrée pour sa cuisine. Armagnac et vins de Madiran accompagnent superbement foie gras, confits, cèpes, mais aussi pâtisseries et chocolats traditionnels.

 

 

 

Accès au site Original - ex - cuisine-collection.com , devenu :  ja6.free.fr

 




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'ail

 

 

Depuis l’Égypte antique, l’ail est apprécié pour ses vertus médicinales : il entrait déjà dans la composition de 22 des 800 potions décrites dans le ''Codex Ebers'', un papyrus rédigé 1550 ans avant notre ère.
Remède universel à l'époque de Ramses II. Les bâtisseurs de pyramides recevaient 1 gousse d'ail par jour pour ses propriétés toniques...


Autrefois, à Draguignan, ses gousses étaient rôties sur les feux de la Saint-Jean allumés dans toute la ville, avant d’être ensuite partagées entre tous les habitants.

 


La pomme de terre

 

La pomme de terre nous vient des Andes péruviennes où les Incas la cultivaient il y a près de 3000 ans sous le nom de ''papa'', elle remplace le maïs en altitude... Les écoliers anglais apprennent que Sir Walter Raleigh l’a rapportée d’Amérique latine en passant par la Virginie, puis l’Irlande - version confirmée par Jefferson qui acquit les siennes auprès d’immigrés venus d'Ulster. Sur le continent, on raconte plutôt que ce sont les marins de Pizarre qui en firent don, en 1534, a un couvent de Séville.
Les 2 récits sont sans doute authentiques. Raleigh en offrit quelques plants a Élisabeth I, mais le cuisinier royal apprêta les feuilles et jeta les tubercules... Plus tard, on la cultiva pour nourrir les armées à bon compte.
Son succès fut très timide en Espagne, dans le sud de la France et dans les états italiens, où elle fut longtemps utilisée pour nourrir les animaux. C’est alors que Antoine-Augustin Parmentier agronome et pharmacien militaire, vit en elle une parade contre la famine pendant sa captivité en Prusse... Louis XVI soutint sa campagne en portant à la boutonnière une fleur de pomme de terre. En 1780, dans la plaine des sablons, Louis XVI, fait céder à Parmentier 57 arpents de terre afin de cultiver expérimentalement la pomme de terre. Faisant ostensiblement garder tout le jour ce champ de pommes de terre, laissé par ailleurs, sans surveillance la nuit... afin d’encourager le chapardage. La stratégie porta ses fruits, la pomme de terre devint une denrée de base en France. Une réussite ! Parmentier n’en tira pas profit. Napoléon, lui, fût plus généreux: Légion d’honneur, 1 titre de Baron et une charge d'inspecteur général de la santé.

À la fin du XVIIIe siècle, elle constitue la principale production agricole de l’Allemagne, où elle fait son apparition pendant la guerre de 30 ans. En Irlande elle a été introduite vers 1565 et massivement consommée, jusqu’à l’apparition du mildiou qui détruisit les récoltes entraînant la famine et le départ vers l’Amérique d’1 million d’irlandais entre 1845 et 1850.

Aujourd’hui, c’est surtout la quatrième grande culture mondiale, après le blé, le riz et le maïs.